Connect with us

non classé

CAN : La fête du football africain débute ce dimanche sans la RDC !

Published

on

Éliminé par le Gabon, la République Démocratique du Congo est la grande absente de la fête de football africain qui débute le dimanche 9 janvier 2022 au Cameroun. Le pays de Samuel Etoo Fils sera face au Burkina Faso sur le coup de 17 heures au Stade omnisports Paul Biya Olembé pour le match inaugural.

Dans la même journée, soit trois heures après, Ethiopie sera face au Cap Vert à 20 heures au Stade Olembé pour le compte de la première journée du poule A.

Deux fois vainqueur de la CAN en 1968 et 1974, la RDC va suivre cette compétition de loin comme téléspectatrice. Sur 33 éditions de la CAN, l’équipe nationale de la République Démocratique du Congo n’a pris part que 19 fois et a été 3 fois demi-finaliste ( 1972, 1998 et 2015).

Rappelons que la CAN est la plus importante compétition africaine de football entre nations. Créée en 1957, elle est organisée par la Confédération africaine de football (CAF) tous les deux ans.

À partir de 2013, la CAN continue d’avoir lieu tous les deux ans, mais elle est organisée les années impaires afin d’éviter qu’elle se dispute la même année que la Coupe du monde de football.

Le titre de champion d’Afrique de football est détenu par l’Algérie, victorieuse de l’édition 2019. L’Égypte est la première nation africaine à avoir remporté le trophée continental trois fois de suite (victoires en finale face à la Côte d’Ivoire en 2006, face au Cameroun en 2008 et face au Ghana en 2010)

Désiré Rex Owamba/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

non classé

La Porta Paga-Gordo : Quand l’histoire se rétrécit à Alcobaça

Published

on

Au cœur du monastère d’Alcobaça, au Portugal, se dresse un vestige historique intrigant : la Porta Pega-Gordo. Construite en 1178, cette porte étroite de 2 mètres de haut et seulement 32 cm de large suscite l’émerveillement et l’amusement des visiteurs, mais cache en réalité une tradition monastique singulière et iconoclaste.

Surnommée la Porta Pega-Gordo, cette entrée étroite était bien plus qu’une simple structure architecturale. Son dessein original, comme son nom l’indique de manière humoristique, était de dissuader les moines en surpoids d’accéder à la cuisine du monastère, où les repas étaient servis. Cette porte étroite était en effet la seule voie d’accès à ce lieu essentiel de la vie monastique.

Et pour y pénétrer, les moines devaient répondre à une exigence bien particulière : perdre du poids. Ce curieux aspect de la vie monastique à Alcobaça révèle une approche unique et parfois sévère de la discipline et de la régulation du comportement des moines. L’obligation de passer par la Porta Pega-Gordo pour se sustenter a non seulement imposé une règle de modération alimentaire.

Mais elle a également symbolisé un rappel constant de la nécessité pour les moines de maintenir un certain niveau de discipline physique et spirituelle. À travers cette porte étroite, c’est toute une philosophie de vie monastique qui se révèle, mêlant humour, rigueur et symbolisme.

La Porta Pega-Gordo incarne ainsi un écho du passé, rappelant aux visiteurs contemporains les défis et les contraintes auxquels étaient soumis les moines d’Alcobaça, tout en suscitant l’admiration pour leur engagement envers un idéal de vie ascétique et disciplinée. En contemplant cette porte étroite, les visiteurs sont invités à méditer sur la relation entre l’architecture, la tradition et la spiritualité.

Cette relation interdit à se laisser emporter par l’étrangeté et la poésie de ce vestige hors du commun. Car au-delà de sa simple fonction utilitaire, la Porta Pega-Gordo incarne un instantané fascinant de l’histoire et de la vie quotidienne d’un monastère médiéval, où même une porte étroite peut révéler des vérités profondes sur l’humanité et la quête de perfection.

TEDDY MFITU
Polymathe, chercheur et écrivain / Consultant senior cabinet CICPAR


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte