Connect with us

À la Une

CAFCO/GNWP : La journaliste Elda Along primée pour son combat pour le respect des droits des Femmes

Published

on

Le cadre de permanent de concertation de la Femme congolaise ( CAFCO) en partenariat avec GNWP, a, à l’issue d’un atelier de trois jours organisé à Roméo golf sur la résolution 1325 à l’attention des OSC et médias, remis les prix aux trois gagnants du concours “Média, Femme, paix et sécurité”.

En présence du ministre de la Communication et des médias, Patrick Muyaya, ainsi que du représentant de la ministre du Genre, famille et enfants, les prix ont été décernés à Elda Along pour la catégorie presse écrite pour le compte de la province de Kinshasa; à Ruth Biatshini, dans la catégorie Radio, venue de la province du Kasaï Oriental; et Divin Chirimwami pour le média en ligne (province du Sud-Kivu).

Pour le ministre, cette activité est une grande opportunité pour la République Démocratique du Congo, qui traverse depuis plus de deux décennies des conflits armés.

« La paix des populations congolaises en général et des femmes en particulier constitue une priorité pour le Président de la République, Chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, champion de la masculinité positive, à qui je rends un hommage mérité pour les efforts fournis afin de ramener la paix et la sécurité en République Démocratique du Congo« , a indiqué le ministre Muyaya. En poursuivant que cette activité matérialise le changement de narratif qu’il prône depuis son Avènement à la tête du ministère de la Communication et médias.

Pour Elda Along, journaliste et Défenseure des droits de l’homme , ce prix gagné est le couronnement des efforts consentis depuis plusieurs années. « Je remercie le Cafco pour ce concours ainsi que les membres du jury qui ont porté leur choix sur moi. Ce prix me motive à faire encore mieux et me pousse à poursuivre ma lutte pour le respect des droits des Femmes. L’article qui m’a permis que je reçoive ce prix est une question que je m’étais posé pour savoir, entre gouvernement ou partis politiques à qui la responsabilité de la répartition inégalitaire femme-homme aux instances de prise de décision en RDC ? Il est certes vrai que le pays a fourni plusieurs efforts pour respecter les engagements pris lors des différentes réunions du conseil de sécurité des Nations unies, mais les défis à relever sont toujours là. Chacun doit prendre ses responsabilités pour mettre en pratique l’article14 de la constitution qui évoque la parité Femme-Homme et d’autres instruments juridiques internationaux tels que la Résolution 1325, le protocole de Maputo, la résolution 1920 etc. Ainsi il y aura égalité dans toutes les instances, le gouvernement et les partis politiques n’auront plus à se pointer du doigt », fait-elle savoir.

Le concours “Médias et femme, paix et sécurité” récompense les meilleurs productions des journalistes qui se sont illustrés dans le nouveau narratif en République Démocratique du Congo, aussi dans la promotion de Femme, paix Et sécurité, ainsi que les personnes vivant avec handicap.

Les critères de sélection pour retenir être retenu comme gagnant (e) du concours “Média et Femmes, Paix et Sécurité”, se sont basées sur la pertinence de l’angle choisi ; la clarté, l’intérêt et la cohérence de la narration par rapport au sujet et à l’angle choisi ; le matériel innovant et axé sur des solutions durables ; et le matériel pour la mise en œuvre effective de l’agenda Femmes, paix et sécurité, les initiatives de lutte contre la COVID19, y compris les plans d’actions nationaux (PAN).

Pour le jury composé d’Adelard Obul Okwess, enseignant à l’Institut facultaire des sciences de l’information et de la communication (IFASIC), Rose Masala, présidente nationale de l’UCOFEM, et Gaby Kuba, président national de l’Union nationale de la presse au Congo (UNPC) a retenu un lauréat dans chacune de catégories, les journalistes lauréats de ce jour ont mérité leur sacre.

Le concours “Média, femme, paix et sécurité” a été financé par GNWP et affaires Canada monde.

Ségolène Laetitia/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Kin, Goma et L’shi accueillent le 14ème Congrès de l’Union des Architectes d’Afrique en fin juin 2025

Published

on

Plus de 1500 délégués, provenant de tous les coins du continent noir, sont attendus dans 3 villes de la RDC ( Kinshasa, Goma et Lubumbashi), vers la fin du mois de juin de l’année prochaine, afin de prendre part au 14ème Congrès de l’Union des Architectes de l’Afrique autour du thème :«la résilience des villes africaines dans les zones industrielles et sismiques ».

Le lancement officiel de la campagne de ce 14ème Congrès a bel et bien eu lieu ce jeudi 24 mai depuis l’hôtel Hilton de Kinshasa.

Une journée riche en programme qui a permis aux participants ainsi qu’aux journalistes présents de s’imprégner des contours de cette édition 2025 qui se déroulera sur 3 villes congolaises.

Ce congrès sera une occasion en or pour présenter le potentiel inestimable de la RDC au monde comme le souligne l’architecte Fiyou Ndondoboni, président de l’Ordre national des architectes ( ONA). « La tenue de ces rencontres dans mon pays constitue un événement diplomatique majeur, contribuant non seulement à son rayonnement international mais aussi s’intégrant harmonieusement dans les efforts menés par le Président de la république Félix Tshisekedi Tshilombo sur le plan diplomatique », a-t-il appuyé.

Le président de l’union des architectes d’Afrique, l’architecte Donatien Kasseyet-Kalume, est, quant à lui, revenu sur le constat amère de la situation de l’architecte congolais qui est souvent oublié, voire pas considéré. « La présidence se rend chaque année aux différentes Conférences des Parties
(COP) sans architecte ni urbaniste pour discuter de l’avenir de notre nation en termes d’Environnement et d’environnement bâti(…). Le Premier Ministre, chef du Gouvernement, n’a jamais convoqué les architectes congolais lors des consultations qu’il organise à l’échelle de la Nation. Le ministère de l’Urbanisme, notre ministère de tutelle, a signé récemment un contrat de construction de 100.000 cités intégrées à ériger sur le territoire national, avec un groupe kenyan, certes, mais pas congolais… Y avait-il un impératif ? Si notre ministre de tutelle ne croit pas en nous, qui le fera ?”, s’est-il interrogé.

Aux partenaires multilatéraux de la RDC, l’architecte a interrogé : ” Oserions-nous vous demander le rôle réservé à l’architecte congolais dans le cadre de l’exécution de vos programmes d’aide ou de partenariat ?”.

Enfin, à ses consœurs et confrères architectes congolais, Donatien Kasseyet-Kalume a adressé son interpellation : ” Sommes-nous suffisamment organisés, préparés, outillés pour prendre la charge de notre rôle de conseil ?».

Représentant du Premier ministre, le ministre de l’Aménagement du Territoire de la République Démocratique du Congo, a fait savoir son espoir de voir les questions architecturales qui gangrènent la société congolaise trouver les réponses nécessaires. « Je suis certain que ce congrès va poser les prémices et les fondamentaux pour l’édition 2025. Je souhaite également que cela soit une occasion d’échange avec les partenaires sur les questions essentielles comme les opérations minières et les projets de développement de nos pays africains…»

A noter que ce lancement officiel de plus d’un an en avance a été voulu pour préparer ensemble une célébration réussie de cet événement mais également l’occasion de lancer l’appel à contribution au niveau du continent sur les thématiques choisies pour une matérialisation tangible du concept de coopération Sud-Sud tant souhaitée.

Dorcas Ntumba/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte