Connect with us

À la Une

Bukavu : la journaliste Solange Lusiku se repose éternellement à Mushinga

Published

on

La deuxième vice-présidente de l’Union Nationale de la presse du Congo( UNPC) et éditrice du journal le Souverain, Solange Lusiku, a été conduite à sa dernière demeure le 17 octobre 2018 à Muchinga, son village natal dans le territoire de Walungu.

Tristesse, émotion et pleurs étaient au rendez-vous sur les visages des membres de famille, journalistes et acteurs de la société civile présents aux funérailles.

Des témoignages touchants pour ce qu’a été Solange Lusiku.

Patient Bashombe, président du bureau de coordination de la société civile, a souligné pleurer une femme qui a milité pour les droits de la femme et la liberté de la presse.

“Nous avons perdu une pièce motrice dans la société civile”, a-t-il fait savoir.

“Un vide difficile à combler dans le caucus des femmes. Nous avons un défi de remplir ce vide…”, a éclaté en sanglots la secrétaire exécutive de Caucus des femmes devant le cercueil de Solange Lusiku.

Dans le chef des chevaliers de la plume et du micro, personne n’est consolable.

“La mère est partie, les enfants sont n’en reviennent pas, nous sommes contraints de poursuivre les pas de notre maman et éditrice du journal le Souverain”, a expliqué Égide Kitumaini, chargé de programme à ce journal qui fait la fierté de la province.

En memoire de Solange Lusiku, le vice-président de la CENI préconise la rebatisation de l’avenue Habib, avenue Solange Lusiku, une proposition relayée par le vice-gouverneur de la province, Hilaire Kikobya.

Décédée de suite d’ une courte maladie au centre hospitalier Monkole de Kinshasa, Solange Lusiku repose désormais à Walungu.

 

CONGOPROFOND


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Kasumbalesa : La décision du chef Kombo contre la communauté Kasaïenne levée, pari gagné pour le député national Anaclet Kabeya

Published

on

Le chef du groupement de Kombo, secteur de Balamba, territoire de Sakania, vient de mettre un terme aux décisions prises contre la communauté kasaienne vivant dans sa juridiction. Celle-ci interdisait l’enterrement des Kasaïens au cimetière de Kasumbalesa village et la consommation de l’eau de Balamba.

La levée de toutes ces mesures est intervenue ce lundi 27 novembre 2023 grâce à l’implication personnelle du député national Anaclet Kabeya, sous l’accompagnement du représentant du chef de l’État dans le Grand Katanga, Michel KABWE MWAMBA.

C’est la cour royale du chef de groupement Kombo qui a servi de cadre à cet échange a bâton rompu, entre le chef Kombo et la délégation conduite par l’honorable Anaclet Kabeya.

Au nom de la population, toutes les communautés confondues, Anaclet Kabeya a demandé pardon au chef Kombo pour les échauffourées à la base de ces décisions occasionnant plusieurs dégâts matériels importants.

Nous venons, au nom de la population solliciter le pardon du chef Kombo, révoltée par le comportement incivique des certains compatriotes. Nous lui remercions pour la levée de toutes les mesures prises à l’endroit d’une communauté. J’invite la population au respect des autorités coutumières. Faisons la politique dans la tolérance, le président de la République Démocratique du Congo, Félix Antoine Tshisekedi, a besoin de la paix et de la cohésion nationale”, a-t-il martelé.

Dans la nouvelle décision portant la prise des mesures, le chef de groupement de Kombo exhorte la communauté kasaienne au respect du pouvoir coutumier, en insistant sur les conséquences de toutes ces mesures envers les récalcitrants.

Dépêché aussi sur place, le général FARDC EDDY YRUNG KAPEND insiste sur le renforcement de sécurité, tout en condamnant les mesures prises par le chef de groupement Kombo, promet de mettre la main sur toute personne qui marchera à l’encontre des lois de la République.

Joseph MALABA/CONGOPROFOND.NET 


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

K-WA Advertising