Connect with us

non classé

Bukavu : 8 morts dans un éboulement de terre en plein centre-ville !

Published

on

8 personnes, dont des femmes, sont mortes la soirée du 20 juillet 2020 sur avenue SAIO dans la ville de Bukavu par éboulement.

Ces personnes à la recherche de leur pain quotidien ont été surpris par un mur de soutènement qui est tombé sur eux.
8 corps ont été retirés des décombres ce même jour.

” Sur place, nous avons déjà retiré 8 corps mais nous sommes à la recherche des autres. Leurs camarades disent qu’ils étaient 20…”, a dit Albert Migabo, chef du quartier Ndendere.

Le gouverneur dans son communiqué a laissé entendre que les enquêtes seront menées pour dénicher les coupables qui seront poursuivis en justice.

Des recherches se poursuivent jusque ce mardi matin pour trouver d’autres corps enfouis dans les décombres.

Shukuru Ntwali/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

non classé

La Porta Paga-Gordo : Quand l’histoire se rétrécit à Alcobaça

Published

on

Au cœur du monastère d’Alcobaça, au Portugal, se dresse un vestige historique intrigant : la Porta Pega-Gordo. Construite en 1178, cette porte étroite de 2 mètres de haut et seulement 32 cm de large suscite l’émerveillement et l’amusement des visiteurs, mais cache en réalité une tradition monastique singulière et iconoclaste.

Surnommée la Porta Pega-Gordo, cette entrée étroite était bien plus qu’une simple structure architecturale. Son dessein original, comme son nom l’indique de manière humoristique, était de dissuader les moines en surpoids d’accéder à la cuisine du monastère, où les repas étaient servis. Cette porte étroite était en effet la seule voie d’accès à ce lieu essentiel de la vie monastique.

Et pour y pénétrer, les moines devaient répondre à une exigence bien particulière : perdre du poids. Ce curieux aspect de la vie monastique à Alcobaça révèle une approche unique et parfois sévère de la discipline et de la régulation du comportement des moines. L’obligation de passer par la Porta Pega-Gordo pour se sustenter a non seulement imposé une règle de modération alimentaire.

Mais elle a également symbolisé un rappel constant de la nécessité pour les moines de maintenir un certain niveau de discipline physique et spirituelle. À travers cette porte étroite, c’est toute une philosophie de vie monastique qui se révèle, mêlant humour, rigueur et symbolisme.

La Porta Pega-Gordo incarne ainsi un écho du passé, rappelant aux visiteurs contemporains les défis et les contraintes auxquels étaient soumis les moines d’Alcobaça, tout en suscitant l’admiration pour leur engagement envers un idéal de vie ascétique et disciplinée. En contemplant cette porte étroite, les visiteurs sont invités à méditer sur la relation entre l’architecture, la tradition et la spiritualité.

Cette relation interdit à se laisser emporter par l’étrangeté et la poésie de ce vestige hors du commun. Car au-delà de sa simple fonction utilitaire, la Porta Pega-Gordo incarne un instantané fascinant de l’histoire et de la vie quotidienne d’un monastère médiéval, où même une porte étroite peut révéler des vérités profondes sur l’humanité et la quête de perfection.

TEDDY MFITU
Polymathe, chercheur et écrivain / Consultant senior cabinet CICPAR


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte