Connect with us

À la Une

Bukanga Lonzo : “Je ne sais pas s’il y a eu début des travaux, s’il a été rentable, s’il y a eu production !”. (Jonathan Wata, ministre de Pêche et Élevage)

Published

on

A l’heure où le parc agro-alimentaire de Bukangalonzo commence à dévoiler ses secrets, et à la faveur de la visite du Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba, mercredi dernier sur le site, les langues se délient. Et de nombreux observateurs, parmi les politiques et les notables, livrent leurs points de vue respectifs sur la manière dont, selon eux, le parc de Bukangalonzo a été géré.

Jonathan Wata Bialosuka, ministre de Pêche et Élevage, s’est exprimé mercredi, à l’occasion du lancement des travaux du programme de cantonage des routes de desserte agricole, sur cette question. Une question lui a été posée par la presse, à titre du notable du Kwango (province où le parc est érigé et qui attend toujours ses retombées).

Pour Jonathan Wata, le Kwango ne sait rien sur le parc agro-industriel de Bukanga-Lonzo. “La province du Kwango, où ce parc est installé, ne tire aucun profit de ce Parc”.

Le ministre déplore le flou qui a été entretenu autour de ce parc. “Je ne sais pas s’il y a eu début des travaux, je ne sais pas si le parc a été rentable, je ne sais pas s’il y a eu production”.

“Nous demandons que le gouvernement provincial du Kwango soit associé désormais, pour permettre que la province du Kwango en tire profit”.

A propos des engins prétendument volés, Jonathan Wata invoque la justice, qui doit s’employer à inquiéter les auteurs de ces actes pour les sanctionner.

A ce sujet, Jonathan Wata se montre serein : “je ne pense pas que des Kwangolais sont impliqués dans ce détournement des matériels des Kwangolais ; parce qu’ils n’ont été associés ni de loin, ni de près dans la gestion de ce parc”, a-t-il défendu.

Émile Yimbu/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Kaniama Kasese : 200 volontaires de Kasumbalesa en route pour le Centre de formation “Félix Tshisekedi”

Published

on

Après ceux de Kinshasa, Mbuji-Mayi et Lubumbashi, c’est au tour de quelques jeunes de Kasumbalesa de se voir doter de la tenue bleue et jaune, symbole du Service National, fièrement portée par les “Bâtisseurs” de la République. Parmi ces jeunes, 60 % sont des volontaires désireux de servir la nation à travers cette structure étatique. Ils seront soumis à une formation paramilitaire, laquelle sera suivie d’un apprentissage des métiers au sein du Centre de formation “Félix Tshisekedi” à Kaniama Kasese.

C’est dans une ambiance des chants, des cantiques de remerciements aux autorités que chacun de ces jeunes volontaires a reçu des tenues bleues et jaunes, symbole du service national, et ont embarqué pour Kaniama Kasese en vue d’un séjour qui vise une transformation civique.

Ces volontaires viennent donc tordre le coup aux rumeurs qui laissaient croire que leurs prédécesseurs, récemment transférés à Kaniama Kasese, ont été victimes de l’arbitraire et seraient sous le coup de la torture.

Éduqués aux métiers, ces jeunes seront envoyés à travers le pays afin de contribuer au développement de la nation en cultivant, en construisant des écoles et des hôpitaux après leur temps de rééducation et de formation à Kaniama Kasese.

De son côté, le général major Jean-Pierre Kasongo Kabwik, commandant du Service National, rassure que tout est fait selon les instructions du Président de la République, c’est-à-dire celles relatives au respect des droits de l’homme.

Ces nouveaux pensionnaires du centre de formation et d’encadrement Félix Antoine Tshisekedi rejoignent une autre vague de Lubumbashi pour Kaniama Kasese. À leur arrivée, ces nouveaux locataires du Centre d’Instruction et de Formation Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo seront soumis à des formations élémentaires sur le civisme, la maçonnerie, l’électricité, la mécanique automobile. Ces formations seront sanctionnées par des brevets.

Il sied de rappeler que ces nouveaux pensionnaires venus du Haut-Katanga et de Kasumbalesa rejoignent les groupes qui sont déjà arrivés de Kinshasa et du Kasaï oriental. L’objectif de cette fusion est de consolider l’unité et la cohésion nationale, mission capitale du Service National, qui est directement liée à la présidence de la République.

Monica Bubanji/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte