Connect with us

À la Une

Assemblée nationale : le Projet de loi de reddition des comptes exercice 2019 envoyé à l’ecofin

Published

on

 

Conformément à la constitution en ses articles 172, 173, 28, 29 relatifs aux finances publiques, le ministre des Finances, José Sele yalaghuli, était mercredi 11 novembre 2020 devant la représentation nationale pour expliquer de quelle manière le gouvernement a collecté et affecté l’argent du trésor public durant l’exercice 2019. Une obligation légale qui conditionne l’examen du projet du budget 2021.

Dans son intervention, l’argentier national a commencé par présenter l’économie du projet de loi caractérisée par quelques foyers de tension en Ituri, Kasaï et Kivu.

L’année 2019 a vu les finances être maximisées à l’ordre de 66% des assignations. “La même année a été caractérisée par la résurgence du choléra et d’ebola à l’Équateur.
Le code minier révisé a produit des dividendes”, a reconnu le financier de la République, José Sele Yalaghuli.

Débat général

Ensuite, c’était le tour des groupes parlementaires de s’exprimer.

Lors de ce débat, l’on a noté que plusieurs manquements ont été relevés dans l’exécution de ce budget 2019. Il s’agit entre autres des graves dépassements par certaines institutions dont la présidence de la République, la primature, le ministère des Finances.

Pendant que certains secteurs ont englouti d’énormes sommes, d’autres n’ont jamais connu un début d’exécution. Certains élus ont déploré le dépôt tardif de ce projet de loi depuis seulement trois jours à la cour des comptes.

Beaucoup d’argent ont été décaissés en mode urgence violant les lois en matière de passation des marchés publics. Beaucoup de projets sociaux enregistrent zéro pourcent d’affection budgétaire, ont déploré plusieurs députés nationaux.

Réponses aux préoccupations des députés

José Sele Yalaghuli a regroupé en 17 points toutes les questions soulevées par l’ensemble des députés. A cause de la covid19, a-t-il dit, les services du ministère des Finances n’ont pas collecté à temps les données à présenter dans le cadre de cette loi. Voilà qui justifie ce retard de dépôt.

En ce qui concerne les dépassements budgétaires déplorés par les élus nationaux, Sele Yalaghuli les a situé dans un contexte politique particulier en soutenant que la loi est opposable à tous.

Rappelons que le ministre Sele Yalaghuli qui n’était pas encore en fonction en 2019 est venu s’expliquer suivant le principe de la continuité du fonctionnement de l’Etat.

La plénière a finalement adopté ce projet de loi en l’envoyant à la commission ad hoc pour le toilettage.

MUAMBA MULEMBUE CLÉMENT/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Abolition du système LMD en RDC : Fausse alerte !

Published

on

Le système d’enseignement Licence-Master-Doctorat (LMD) n’est pas annulé en République Démocratique du Congo, contrairement aux rumeurs distillées sur les réseaux sociaux depuis la soirée du dimanche 23 juin 2024.

Ceci ressort d’un communiqué signé dans la soirée de ce lundi 24 juin 2024 par Marie-Thérèse Sombo Ayanne Safi Mukuna, ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire (ESU).

Le communiqué officiel note plutôt qu’au cours de la séance plénière d’investiture du gouvernement, le programme présenté et défendu, en son pillier 4, axe stratégique 4.2.1, prévoit la poursuite de la mise en place d’un système éducatif performant, inclusif et équitable, dont l’une des actions identifiées porte sur l’évaluation de la mise en œuvre du programme LMD.

Ce faisant, son Excellence, madame la ministre de l’ESU a prévu dans sa feuille de Route une évaluation à mi-parcours de cette réforme dont la fin du premier cycle interviendra la fin de cette année académique“, lit-on dans ce communiqué.

Le même communiqué précise que le calendrier de ces assises sera publié dans les jours qui suivent pour éclairer les acteurs de l’ESU, de la communauté universitaire que des partenaires concernés et du public intéressé.

Rappelons que la réforme LMD qui est le substitut du système PADEM, a été instauré et mis en application dans les établissements tant Publics que privés en 2021 sur ordre du ministère honoraire de l’ESU, Muhindo Nzangi Butondo, désormais ministre du Développement rural en RDC.

Exaucé Kaya/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte