Connect with us

Actualité

Assassinat de Rossy Mukendi : nouvelle saisine de l’Auditorat général des FARDC

Published

on

Après ses deux plaintes introduites respectivement en juin et septembre 2018 à l’Auditorat général des FARDC (Forces Armées de la République Démocratique du Congo) contre les présumés auteurs de l’assassinat de Rossy Mukendi Tshimanga, et demeurées sans suite, sa famille est revenue à la charge, en fin de semaine dernière. Dans une nouvelle saisine signée par Cécile Kangudia Tshimanga (sa tante paternelle), Mireille Kanku Tshimanga et Nathalie Kalanga Tshimanga (ses sœurs) et Yannick Mbuyi Tshimanga (son frère), les plaignants réclament que justice soit faite.

Ils demandent notamment à la justice militaire d’ouvrir une instruction à charge des personnes présumées avoir trempé dans l’assassinat, le 25 février 2018, de leur fils et frère, Rossy Mukendi Tshimanga, atteint par une balle par une policière identifiée comme étant Carine Lokeso, au sortir d’un culte religieux organisé par le CLC (Comité Laïc de Coordination), en prélude à la marche pacifique, programmée le même jour, en guise de protestation contre les velléités de Joseph Kabila de briguer un troisième mandat présidentiel, après avoir épuisé les deux mandats lui reconnus par la Constitution.

La famille du défunt se plaint du classement du dossier sans suite, sans avoir auditionné les présumés suspects, parmi lesquels le général Sylvano Kasongo (Commandant de la police ville de Kinshasa), le colonel Pierrot Mwanamputu (porte-parole de la police provinciale), Carine Lokese, (Commissaire supérieure adjointe présumée auteure du coup de feu mortel) et le bourgmestre de la commune de Ngaba de l’époque.
Signalons que dans ses deux plaintes, la famille de Rossy Tshimanga a formulé des accusations en rapport avec une association de malfaiteurs, d’auteurs intellectuels et matériels et ainsi que de receleurs d’armes et d’effets de crime.

Le Phare