Connect with us

À la Une

Angola: au moins 20 Congolais tués et 15 blessés au village Kalonda à Lunda Norte

Published

on

La coordination du Bureau d’appui technique aux initiatives de développement (BATID/ONG) révèle, dans un entretien avec CONGOPROFOND.NET, avoir reçu plus de 15 cas avec des plaies des balles réelles, en provenance du village Kalonda, Province de Lunda Norte en Angola.

Ces Congolais victimes affirment que les militaires Angolais tirent à balles réelles sur nos compatriotes.

Cette répression rentre dans le cadre de l’exécution de la mesure prise par les autorités angolaises visant à expulser tous les étrangers sur leur sol.

Cristian Mabedi Nkashama, coordonateur du BATID/ong, qui revient de Kamako dans la bande frontalière, note que ces derniers temps, les expulsés de l’Angola sont plus nombreux que les retournés volontaires.

Du 11 au 18 mai 2019, les statistiques livrées par BATID révèlent 537 personnes expulsées et retournées volontaires.

Parmi ces refoulés, 317 hommes, 59 femmes, 22 garçons et 25 filles qui sont arrivés dans les conditions inhumaines à kamako et la situation est similaire à Kandjanji, Kabuakala, Tshisenge bref dans toute la bande frontalière.

Au nombre de prétendus volontaires, on compte 41 hommes, 27 femmes, 26 garçons et 20 filles.

Les femmes ont même abandonné ou laissé les enfants, étant donné que partout où les militaires angolais vous surprennent, dans n’importe quelle situation, « on vous embarque dans les camions appelés Tshitolotolo, direction la prison construite à bord d’une rivière en Angola, sous tortures, mauvais traitement avant d,être expulsé par n’importe quel poste frontalier mains vides. Sur place à Kamako, ils sont sans abris, et présentent des besoins pressant en nourriture et vêtements mais aussi le transport pour rejoindre leur famille.

Selon BATID/ONG nombreux sont ces Congolais sans papiers qui sont allés en Angola par « Tshiobressye » c’est à dire par des voies clandestines.

Mabedi Nkashama Christian, un peu révolté, sur un ton monté, note que cette question d’irrégularités ne donne pasla faveur aux Angolais de maltraiter les Congolais, les principes humanitaires doivent être respectés car la Rdc ne maltraite pas les étrangers irréguliers.

L’ONG/ BATID pense que les deux gouvernements, Angolais et Rdcongolais doivent rapidement d’entendre pour arrêter cette pratique inhumaine. L’occasion pour BATID de lancer un SOS en direction du gouvernement provincial, national et aux humanitaires pour voler au secours de ces expulsés. Déjà, il salue les activités appuyées par UNICEF à Kamako dans le cadre de son volet Wosh.

Laurent Lukengu/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

À la Une

ESPT/Dossiers « Clé de répartition des frais scolaires et les 10% alloués aux bureaux gestionnaires »: Le ministre Mbutamuntu réagit !

Published

on

Le ministre provincial en charge de l’Éducation de la ville de Kinshasa, Charles Mbutamuntu Lwanga, réagissant aux deux articles publiés par CONGOPROFOND.NET en date du 27 septembre 2022, sur la pratique de la clé de répartition des frais scolaires et les 10% alloués aux bureaux gestionnaires, contestés par les enseignants du réseau protestant, évoque son souci de renforcer la supervision contre les structures spécialisées avec les « Anti-valeurs ». Nous publions in extenso sa lettre parvenue à notre rédaction par le canal de sa cellule de communication.

Kinshasa, le 29 septembre 2022

Au responsable de Congoprofond.net

Objet: Droit de réponse

Monsieur le responsable de Congoprofond.net,

Votre média en ligne a publié, en date du 27 septembre 2022, deux articles épinglant principalement le Ministre Provincial de l’Éducation/Ville de Kinshasa, Son Excellence Charles Mbutamuntu.

Le premier avait comme titre « EPST/Pratique de la clé de répartition : Charles Mbutamuntu passe outre les instructions de Tony Mwaba »; tandis que le second était intitulé « Epst: les 10% alloués aux bureaux gestionnaires par Charles Mbutamuntu contestés à Kinshasa »*.

Deux articles publiés le même jour, ce qui frise un acharnement pur et simple à l’égard d’un membre de l’Exécutif provincial dont la compétence et les prouesses ne sont plus à démontrer.

Pour votre gouverne, il n’ y a jamais eu violation des instructions du Ministre national Tony Mwaba, concernant la clé de répartition. Le souci pour nous est de renforcer la supervision contre les structures spécialisées avec les Anti-valeurs.

La première des choses à savoir est que le Ministre national n’avait jamais fixé les frais d’appui aux besoins des enseignants. Ces frais ont été fixés par l’Arrêté de Son Excellence Monsieur le Gouverneur, conformément au souci du Ministre national de soulager les enseignants du secondaire, et en attendant que le Gouvernement de la République concrétise les efforts déjà en cours pour améliorer les conditions de vie des enseignants.

Dans le souci de mettre fin aux antivaleurs et traquer les réseaux mafieux, Son Excellence Monsieur le Gouverneur a mis en place, dans son arrêté portant fixation des frais, une commission de suivi chargée de renforcer la supervision contre les ennemis de la gratuité. Et depuis le début de l’année, plusieurs réseaux sont démantelés et les mafieux ont peur. Pour soutenir le fonctionnement des comités de suivi (enseignants assis), la Commission urbaine avait levé deux options, notamment la contribution des écoles privées et le fonctionnement.

Il convient de souligner que pour concrétiser la vision du Chef de l’État, pilotée par le Warrior Tony Mwaba, le pourcentage des frais affectés à l’appui des enseignants est passé de 80% l’année passée à 90% cette année. Nos amis syndicalistes des écoles protestantes ne le savent peut-être pas, car Son excellence Charles Mbutamuntu avait prévu de les rencontrer pour échanges, après l’avoir fait avec les Catholiques. Les 10% affectés à l’appui des bureaux gestionnaires dans leur travail de supervision soutiennent la lutte contre les antivaleurs.

Je vous remercie de publier ce droit de réponse dans son intégralité pour éclairer la lanterne de l’opinion.

Lefils MATADY, Coordonnateur/Cellule de Communication

Ministère provincial de l’Éducation/Kinshasa


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising