Connect with us

À la Une

“Anatomie de la Crise sur la Réforme de la CENI en RDC : Quelle serait la thérapie disponible ? “( Par Dr Roger-Claude Liwanga, chercheur, Université d’Harvard, Pr de Droit et de Négociations internationales, Université Emory)

Published

on

En résumé, la note offre une réflexion sur l’actuelle crise politique en RDC liée au processus de réforme de la commission électorale et de la désignation du nouveau président de cette institution.

En effet, les parties impliquées dans cette crise (notamment la plateforme des confessions religieuses, la société civile, l’opposition et la majorité) semblent sceptiques non seulement sur le contour de la composition de la CENI, mais aussi sur l’impartialité, l’indépendance et l’intégrité des différents candidats envisagés pour gérer la CENI et organiser les prochaines élections de 2023. Avant de souligner les avantages et les désavantages des solutions potentielles à cette crise, cette analyse donne d’abord un aperçu sur la source de la crise, les intérêts de chaque partie impliquée ainsi que leur fourchette de négociation. La réflexion met également en exergue les stratégies de négociation des parties impliquées et les différents gains à obtenir pour chaque option.

Puisqu’il n’existerait pas une solution absolument parfaite à la crise, l’auteur conclut en interpellant chaque partie à répondre intimement aux trois questions fondamentales : quelles seraient les conséquences (pour nous, pour les autres ou pour la nation) en cas d’échec des négociations sur la CENI ? Qui aurait le plus à perdre en cas de cet échec ? Avons-nous d’autres alternatifs pour pallier cet échec?

Lire ci-dessous l’intégralité de cette réflexion

Oct 1_Anatomie de la Crise sur Réforme de la CENI en RDC_Quelle serait la Thérapie Disponible


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Kaniama Kasese : 200 volontaires de Kasumbalesa en route pour le Centre de formation “Félix Tshisekedi”

Published

on

Après ceux de Kinshasa, Mbuji-Mayi et Lubumbashi, c’est au tour de quelques jeunes de Kasumbalesa de se voir doter de la tenue bleue et jaune, symbole du Service National, fièrement portée par les “Bâtisseurs” de la République. Parmi ces jeunes, 60 % sont des volontaires désireux de servir la nation à travers cette structure étatique. Ils seront soumis à une formation paramilitaire, laquelle sera suivie d’un apprentissage des métiers au sein du Centre de formation “Félix Tshisekedi” à Kaniama Kasese.

C’est dans une ambiance des chants, des cantiques de remerciements aux autorités que chacun de ces jeunes volontaires a reçu des tenues bleues et jaunes, symbole du service national, et ont embarqué pour Kaniama Kasese en vue d’un séjour qui vise une transformation civique.

Ces volontaires viennent donc tordre le coup aux rumeurs qui laissaient croire que leurs prédécesseurs, récemment transférés à Kaniama Kasese, ont été victimes de l’arbitraire et seraient sous le coup de la torture.

Éduqués aux métiers, ces jeunes seront envoyés à travers le pays afin de contribuer au développement de la nation en cultivant, en construisant des écoles et des hôpitaux après leur temps de rééducation et de formation à Kaniama Kasese.

De son côté, le général major Jean-Pierre Kasongo Kabwik, commandant du Service National, rassure que tout est fait selon les instructions du Président de la République, c’est-à-dire celles relatives au respect des droits de l’homme.

Ces nouveaux pensionnaires du centre de formation et d’encadrement Félix Antoine Tshisekedi rejoignent une autre vague de Lubumbashi pour Kaniama Kasese. À leur arrivée, ces nouveaux locataires du Centre d’Instruction et de Formation Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo seront soumis à des formations élémentaires sur le civisme, la maçonnerie, l’électricité, la mécanique automobile. Ces formations seront sanctionnées par des brevets.

Il sied de rappeler que ces nouveaux pensionnaires venus du Haut-Katanga et de Kasumbalesa rejoignent les groupes qui sont déjà arrivés de Kinshasa et du Kasaï oriental. L’objectif de cette fusion est de consolider l’unité et la cohésion nationale, mission capitale du Service National, qui est directement liée à la présidence de la République.

Monica Bubanji/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte