Connect with us

Economie

ANAPEX : Rien à signaler, l’IGF veille au grain

Published

on

Des méthodes révolues consistant à s’attaquer à une organisation ou à des personnalités pour se positionner ou pour de l’argent, ont la peau dure à Kinshasa. L’Agence nationale de promotion des exportations (ANAPEX) en fait encore les frais depuis que des confrères ont été utilisés pour souiller l’image de cet établissement public. Des écrits comme seuls les aigris peuvent les susciter font état d’un climat malsain au sein de cette agence.

Un feu de paille au vu de la réalité de terrain dans cet établissement doté de la personnalité juridique et d’une autonomie de gestion. Des incohérences de forme sur ces écrits pirates montrent que les commanditaires de l’article-poubelle sont aux abois. Déjà qu’ils confondent le Décret n°20/003 du 05 mars 2020 portant création, organisation et fonctionnement de l’ANAPEX du Premier ministre à une ordonnance présidentielle.

Puis, maladroitement, les commanditaires font écrire à des confrères des faussetés sur un memo écrit par des agents-fantômes le 13 avril 2023, évoquant, semble-t-il « une sorte de dysfonctionnement des directions et services entretenu par le Directeur général ». Donc, il a fallu attendre plus de 4 mois pour faire écrire ce genre de choses à des journalistes qui, visiblement, n’ont même jamais entendu de cet établissement.

On a juste envie de rire d’une telle maladresse lorsqu’on sait que, depuis le 28 avril 2023, une équipe de l’Inspection générale des finances (IGF) a été dépêchée à l’ANAPEX pour une mission d’accompagnement. L’ordre de mission signée par Jules Alingete en personne le 25 avril est clair sur l’objet de cette mission, à savoir : Procéder à l’encadrement des opérations financières en validant le plan hebdomadaire de trésorerie et de décaissement conformément aux termes de référence élaborés à cet effet ; mais également : procéder au contrôle de la régularité et de l’opportunité des recrutements, promotions et mutations du personnel, depuis janvier 2023, eu égard notamment au cadre organique ainsi qu’au budget des rémunérations de l’exercice…

Pour ce faire, l’ANAPEX a été invitée à fournir tous les documents légaux, administratifs, financiers, rapports de missions, rapports annuels des exercices précédents, convention collective, etc. A ce jour donc, toute la gestion de l’ANAPEX est passée au crible par l’IGF, la seule institution capable de répondre de manière définitive à toutes les élucubrations des commanditaires des articles malfaisants.

On sait que la peur a changé de camp depuis que l’IGF, qui représente le Président de la République, a pris la décision d’accompagner cet établissement public dans sa phase de maturation après le constat de l’excellent travail abattu depuis deux ans par la Direction générale. Finalement, le feu de paille aura fait pshiiit ! Allez circulez, il n’y a rien à se mettre sous la dent à l’ANAPEX.

Dorcas Ntumba/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

BCC : Conjoncture économique en bref ( Semaine du 3 au 10 mai 2024)

Published

on


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte