Connect with us

Agriculture

Agriculture RDC/Burundi: 150 millions USD de la Banque Mondiale pour soutenir le projet visant à toucher 200.000 ménages

Published

on

La clôture de la deuxième réunion du comité régional de pilotage (CORPIL) a eu lieu ce mercredi 9 Avril à Kinshasa. Durant deux jours et après maintes discussions, les différentes parties à ces assises ont requis des recommandations afin que les population du Sud-Kivu, Tanganyika ainsi que celles du Burundi puissent bénéficier à 100% des avantages dudit projet.

Financé par la Banque Mondiale à hauteur de 150 millions dollars, le projet vise à toucher 200.000 ménages, réhabiliter 405 Km de routes de dessertes agricoles, construire le pont Sange écroulé en février dernier…

Ce Comité Régional de Pilotage (CORPIL) des projets régionaux de croissance agricole dans les Grands Lacs, convient-il de rappeler, comprene : le Projet Intégré de Croissance Agricole dans les Grands Lacs (PICAGL/ RD Congo) et le Projet Régional de Développement Agricole Intégré dans les Grands Lacs (PRDAIGL/ Burundi).

Présent lors de la clôture de cette réunion, le représentant du ministre de l’Agriculture, l’ingénieur José Ilanga Lofonga, a incité les experts à une meilleure utilisation des fonds de préparation des projets. ” Je recommande aux experts de veiller à l’utilisation du fond de préparation du projet pour assurer l’exécution des études pendant la période de préparation du projet y relative», a-t-il précisé.

Le représentant du ministre de l’Environnement, Agriculture et Élevage, Emmanuel Niyungeko, est quant à lui revenu sur les différentes recommandations issusde cette 2ème réunion. ” Parmis celles-ci, nous pouvons rappeler l’implication des administrations locales des deux pays pour préparer la pérennisation des activités réalisées ainsi que l’organisation d’une réunion entre l’équipe technique désignée pour l’élaboration des modalités de mise en place d’une plateforme régionale d’échange de connaissances», a-t-il illustré.

Tenue à Kinshasa du 09 au 10 avril 2024, l’objectif de cette réunion était de promouvoir la coordination régionale et le pilotage des projets de croissance agricole dans les Grands Lacs et faciliter l’échange des meilleures pratiques agricoles entre diverses parties prenantes, en vue d’une réalisation optimale des objectifs desdits projets et la contribution de ceux-ci à la consolidation de l’Intégration Régionale.

Sous la facilitation du Secrétariat Exécutif de la Communauté Economique des Pays des Grands Lacs, CEPGL, cette réunion du CORPIL a été présidée, à l’ouverture, par le ministre de l’Agriculture, José MPANDA KABANGU.

Les échanges ont porté notamment sur :

– La Présentation et installation du Bureau du CORPIL pour l’année 2024 ;

– La Revue du plan d’actions régional ;

– L’état d’avancement des projets PICAGL/RDC et PRDAIGL/BURUNDI, notamment dans la composante Intégration Régionale ;

– Les modalités de mise en place de la Plateforme de connaissances dans le cadre de la CEPGL ;

– La protection des ressources en eau, conservation des sols et l’utilisation efficiente des engrais chimiques ;

– La réflexion sur la gestion du secteur semencier ;

– La réflexion sur les mécanismes de pérennisation des acquis des projets (Infrastructures, productions agricoles, etc.) ;

– La gestion des maladies transfrontalières des végétaux et des animaux;

– Les mécanismes de mise en œuvre de la composante intégration régionale au niveau de la coordination

Signalons que cette deuxième réunion du CORPIL intervient après la signature du Protocole d’entente le 29 Février dernier par les ministres de l’Agriculture du Burundi et de la RDC. Un accord qui vise à faciliter les échanges entre les deux Pays.

Dorcas Ntumba/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Faim et Objectifs de développement : L’Afrique joue son avenir agricole

Published

on

Les objectifs pour éradiquer la faim en Afrique d’ici 2025 et atteindre les Objectifs de développement durable en 2030 sont sérieusement compromis. C’est l’inquiétant constat fait lors du 10e Forum régional africain pour le développement durable qui s’est tenu cette semaine dans la capitale éthiopienne. Changement climatique, inflation galopante et conflits armés minent les efforts déployés sur le continent.

Face à cette situation préoccupante, les experts réunis ont martelé : il faut impérativement revoir les mécanismes de financement du secteur agricole africain. Mobiliser davantage de ressources locales et explorer des pistes innovantes pour financer le développement agricole sont devenus des priorités absolues.

Les agriculteurs sont au cœur de nos efforts pour développer une Afrique prospère, à l’abri de la faim, comme l’appelle l’Agenda 2063 de l’Union africaine”, a rappelé Godfrey Bahiigwa, haut responsable à la Commission de l’UA. “Nous devons leur donner les moyens d’agir et faciliter leur accès aux financements.”

Le Programme de développement de l’agriculture africaine (PDDAA), pierre angulaire de l’Agenda 2063, fixait pourtant des objectifs ambitieux à l’horizon 2025, comme l’engagement des États à consacrer 10% de leurs budgets à l’agriculture. Mais sur le terrain, les avancées restent trop timides, ont déploré les participants.

Le levier du secteur privé a été identifié comme essentiel pour stimuler les investissements et l’innovation dans les filières agroalimentaires africaines. “Des partenariats publics-privés stratégiques permettront de concrétiser les ambitions du PDDAA et d’assurer la sécurité alimentaire durable en Afrique”, a souligné Menghestab Haile, du Programme alimentaire mondial.

A l’heure où les défis s’accumulent, les mécanismes de financement novateurs apparaissent plus que jamais comme la clé pour libérer le formidable potentiel agricole du continent. En plaçant résolument les agriculteurs au cœur du développement et en facilitant leur accès aux financements, l’Afrique peut espérer se frayer un chemin vers un avenir durable, nourricier pour tous.

Claudine N. I


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte