Connect with us

Actualité

Affaires coutumières : Mvunzi Meya réussi à mettre fin au conflit de succession dans la chefferie de Pelende-Nord

Published

on

Bientôt on ne parlera plus de conflit de succession dans la chefferie de Pelende-Nord, dans le territoire de Kenge, province du Kwango. Le cadre de concertation initié par le ministre, chargé de concilier les protagonistes et trouver une issue à cette crise, est en voie de mettre fin à ce conflit. La réunion de samedi dernier où se sont regroupés les représentants des prétendants au trône de cette chefferie et des notables du coin, a apporté de bons résultats : les parties en conflits se sont mis d’accord autour de la rotation au pouvoir.

Ce cadre de concertation qui est dirigé par les députés de Kenge, Tharcisse Matadiwamba et Mboso Nkodiapwanga, se félicite des avancées de ces travaux. L’on a noté d’abord la présence à cette réunion des représentants du notable Théophile Mbemba, dont le refus de participer à ces assises était largement critiqué.

À l’issue de la réunion de samedi dernier donc, les participants et les représentants des parties prenantes au pouvoir de Kobo ont pris l’engagement d’enterrer la hache de discorde afin d’accélérer l’intronisation du successeur du Kiamvu Tsumbi Mwata Mbanza II.

Le député Tharcisse Matadiwamba, coordonnateur de cette commission instituée, a confié à la presse que les conclusions de travaux seront présentées au ministre de tutelle et initiateur de cette rencontre en sorte que dans les jours à venir “l’organe qui désigne le Chef descende à Kobo autour de l’assemblée des chefs de groupements et de quelques notables bien connus en vue de secouer la question et désigner un chef”.

M. Matadiwamba espère que cette fois-ci les gens vont se dépasser pour qu’il n’y ait pas des écarts dans la procédure de désignation du Kiamvu de Pelende-Nord dans le respect des normes.

Les participants à cette réunion sont sortis avec une nouvelle mine, annonçant que les choses avancent bien et que l’objet qui bloquait la procédure de Kobo a été décanté. Selon une information de couloir, la famille Kitsinga ne fait plus obstacle à la rotation, et qu’elle a accepté d’attendre son tour normal dans le cadre de cette rotation, assorti de quelques conditions.


Émile Yimbu/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

Politique

Expédition des affaires courantes par le gouvernement démissionnaire : Maître Nico Meyengele demande la démission de Tshisekedi pour “haute trahison”

Published

on

Dans une tribune politico-juridique percutante, Maître Nico Mayengele critique vivement la décision du Président Félix Tshisekedi d’autoriser le Premier Ministre SAMA et les membres de son gouvernement démissionnaire à expédier les affaires courantes en République démocratique du Congo (RDC). Selon lui, cette décision constitue une violation délibérée de la Constitution et une ignorance flagrante de l’histoire politique du pays.

Maître Mayengele met en avant l’arrêt R.Const. 2139 de la Cour constitutionnelle qui traite des incompatibilités entre la fonction exécutive et le mandat électif. Il souligne que cette décision de la Cour constitutionnelle, ainsi que les articles 110 al. 2 et 3, 97 de la Constitution et les articles 77 et 78 de la Loi électorale, interdisent clairement aux membres du gouvernement démissionnaire d’exercer simultanément un mandat électif.

L’avocat rappelle un précédent en 2012 lors de la guerre du M23, où le Premier Ministre démissionnaire Muzito avait été remplacé par Louis-Alphonse KOYAGIALO en tant que 1er Ministre intérimaire pour expédier les affaires courantes. Dans ce cas, les membres du gouvernement démissionnaire avaient renoncé à leur mandat électif. Maître Mayengele souligne que les mêmes causes devraient produire les mêmes effets sous l’administration de Félix Tshisekedi.

En critiquant l’attitude du Président Tshisekedi, Maître Mayengele le compare au Roi Louis XIV qui se déclarait “L’État c’est moi”. Selon l’avocat, en violant délibérément la Constitution, le Président Tshisekedi commet un crime de haute trahison. Il estime que la démission du Président est impérative pour permettre des poursuites pénales conformément à la Constitution.

En conclusion, Maître Nico Mayengele affirme que les ministres cumulards doivent renoncer à leur mandat électif, conformément à la Loi électorale. Sa tribune politico-juridique met en lumière les préoccupations entourant la décision du gouvernement démissionnaire d’expédier les affaires courantes et appelle à des actions pour préserver l’État de droit en République démocratique du Congo.

Désiré Rex Owamba /CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte