Connect with us

Actualité

Affaire ” Rawbank/100 USD avec étoile”: le silence de la BCC inquiète…

Published

on

Ce mercredi 09/10/2018, il a circulé sur les réseaux sociaux une lettre circulaire de la Rawbank instruisant ses caissiers, chefs de caisses et directeurs d’agences de ne plus accepter les billets de USD 100 comportant une étoile.

Cette décision saugrenue serait motivée par le fait que la population congolaise refuserait cette coupure.

Sachant que les banques commerciales dans leur rôle d’intermédiation financière ont aussi un devoir pédagogique d’éducation financière de la masse, cette décision interpelle à plus d’un chef.
Et pour cause ! Le refus d’accepter une coupure de billet qui a libre cours sur toute l’étendue du territoire relève normalement de la souveraineté étatique, dès lors devrait-on comprendre que les dirigeants de cette banque se considèrent au dessus de l’Etat Congolais ?

Cette décision a d’ailleurs vite fait d’être contredite par l’Association Congolaise des Banques(ACB), le syndicat des Banques, dans un communiqué signé de son secrétaire général.

Ainsi, il s’en suivra un rétropédalage de la Direction de la Rawbank allant dans le sens contraire de la circulaire interne incriminée.

Il sied d’admirer la dextérité de la communication externe de la Rawbank qui s’est attelé en un temps record à démentir ou plutôt désamorcer la bombe à retardement créée par ses propres services.

L’on est, cependant, en droit de se poser des questions sur l’opportunité d’une telle décision par les temps qui courent, en cette période préélectorale durant laquelle les nerfs de la population sont à vifs….à croire que cette Institution financière voudrait rajouter un peu d’huile sur le feu de la grogne populaire.

D’ailleurs si la Rawbank a été épinglée, elle ne demeure pas la seule banque de la place à avoir eu ce genre de comportements déconcertants.

En effet, d’autres banques commerciales de la place refuseraient cette coupure de billet, apprend on d’autres sources.

L’on notera aussi le silence assourdissant de l’Autorité de Supervision qu’est la Banque Centrale du Congo(BCC), ce qui peut conduire à réfléchir sur le regard qu’ont les banques commerciales de la place vis-à-vis de la Banque Centrale dont l’autorité est manifestement mise à mal par ce genre d’attitude des banques, qui agissent en toute impunité alors qu’elles devraient être sanctionnées.

CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

Politique

Expédition des affaires courantes par le gouvernement démissionnaire : Maître Nico Meyengele demande la démission de Tshisekedi pour “haute trahison”

Published

on

Dans une tribune politico-juridique percutante, Maître Nico Mayengele critique vivement la décision du Président Félix Tshisekedi d’autoriser le Premier Ministre SAMA et les membres de son gouvernement démissionnaire à expédier les affaires courantes en République démocratique du Congo (RDC). Selon lui, cette décision constitue une violation délibérée de la Constitution et une ignorance flagrante de l’histoire politique du pays.

Maître Mayengele met en avant l’arrêt R.Const. 2139 de la Cour constitutionnelle qui traite des incompatibilités entre la fonction exécutive et le mandat électif. Il souligne que cette décision de la Cour constitutionnelle, ainsi que les articles 110 al. 2 et 3, 97 de la Constitution et les articles 77 et 78 de la Loi électorale, interdisent clairement aux membres du gouvernement démissionnaire d’exercer simultanément un mandat électif.

L’avocat rappelle un précédent en 2012 lors de la guerre du M23, où le Premier Ministre démissionnaire Muzito avait été remplacé par Louis-Alphonse KOYAGIALO en tant que 1er Ministre intérimaire pour expédier les affaires courantes. Dans ce cas, les membres du gouvernement démissionnaire avaient renoncé à leur mandat électif. Maître Mayengele souligne que les mêmes causes devraient produire les mêmes effets sous l’administration de Félix Tshisekedi.

En critiquant l’attitude du Président Tshisekedi, Maître Mayengele le compare au Roi Louis XIV qui se déclarait “L’État c’est moi”. Selon l’avocat, en violant délibérément la Constitution, le Président Tshisekedi commet un crime de haute trahison. Il estime que la démission du Président est impérative pour permettre des poursuites pénales conformément à la Constitution.

En conclusion, Maître Nico Mayengele affirme que les ministres cumulards doivent renoncer à leur mandat électif, conformément à la Loi électorale. Sa tribune politico-juridique met en lumière les préoccupations entourant la décision du gouvernement démissionnaire d’expédier les affaires courantes et appelle à des actions pour préserver l’État de droit en République démocratique du Congo.

Désiré Rex Owamba /CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte