Connect with us

À la Une

Affaire “Nicolas Kazadi-Dr J.B. Matusila”: Voici le droit de réponse du cabinet du ministre des Finances à CONGOPROFOND.NET

Published

on

DROIT DE REPONSE DU MINISTERE DES FINANCES

Une série de publications devenue virale sur les réseaux sociaux, attribue à Son Excellence Monsieur le Ministre des Finances, Nicolas KAZADI, la paternité de l’arrestation le mardi 13 février, de la mise et du maintien en détention, à ce jour, du Docteur MATUSILA Jean Baptiste et sa bande.

Ces Publications contiennent des contrevérités qu’il convient de rectifier :

1. Informé d’un cas de tentative d’arnaque du bénéficiaire d’un paiement par des personnes se présentant comme ses envoyés, son Excellence Monsieur le Ministre a saisi, comme l’exige la loi, les services compétents, à l’espèce le parquet, pour mener des enquêtes en vue du démantèlement du réseau mafieux dont un des acteurs serait un certain Yannick, non autrement identifié.

2. Les enquêtes menées en vue de mettre la main sur le prénommé Yannick, vont aboutir à l’identification et à l’arrestation des personnes faisant partie d’un groupe de criminels parmi lesquels le Docteur MATUSILA MALUNGENI Jean-Baptiste.

3. C’est ainsi que, à la suite d’une série de dénonciations enregistrées, un gang composé jusque-là de 6 maffieux fût appréhendé dans les installations de l’hôtel ROTANA (non loin du rond-point Socimat) par les officiers de la Police judiciaire rattachés au Parquet de Grande Instance de Kinshasa Gombe.

4. Ces éléments assermentés se sont saisi des présumés délinquants et les ont conduits à bord d’un véhicule Toyota Ist Taxi au parquet précité, après un bref escale de quelques minutes au Ministère des Finances, par commodité d’usage.

5. Dorénavant, le dossier est instruit par la Parquet de Grande Instance de Kinshasa-Gombe sous RMP 41888/PR021/2024/MAB.

6. Sans entrer dans l’instruction pré juridictionnelle qui est, selon la Loi, secrète et inquisitoriale, le parquet a mis les présumés infracteurs sous mandat d’arrêt provisoire lequel a été confirmé en chambre du conseil du Tribunal compétent pour la mise en détention préventive de tous les suspects.

7. Le dossier étant judiciaire, son Excellence Monsieur le Ministre des Finances, n’a aucun contrôle sur la suite du dossier; néanmoins son souhait le plus ardent est que le réseau incriminé soit totalement mis hors état de nuire.

8. Toutefois, le Ministre des Finances se réserve le droit de saisir les instances judiciaires compétentes quant aux propos diffamatoires et actes attentatoires à ses droits garantis et à l’image des institutions de la République.

Fait à Kinshasa, le 25 mars 2024

La Cellule Juridique du Ministère des Finances.

 

Note de la Rédaction 

Notre média CONGOPROFOND.NET, dans le strict respect éthique de la profession, se réjouit que le ministère des Finances de la RDC ait sorti un communiqué en règle que la rédaction accepte de publier ce 26 mars 2024 in extenso.

Trois précisions, par ailleurs, nous paraissent importantes :

1. CONGOPROFOND.NET n’est pas protagoniste de l’affaire Nicolas Kazadi – Docteur JB Matusila;
2. CONGOPROFOND.NET n’est pas non plus un tribunal ni juge pour établir une quelconque responsabilité.
3. CONGOPROFOND.NET a fait son travail en toute impartialité qui a abouti, grâce au communiqué du ministère des Finances, à l’incarcéré Docteur Matusila qui ignorait complètement son plaignant et de quoi il est accusé. Ces informations lui permettant ainsi d’organiser sa défense.

La Rédaction 


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

La corruption à son paroxysme : Quand le pouvoir corrompt même les plus hauts organes de décision

Published

on

Dans un récent scandale révélé au grand jour, le camp du candidat déclaré provisoirement Gouverneur de la province du Haut-Uélé Jean Bakomito Gambu malgré les irrégularités et la fraude industrielle orchestrée lors des élections du 29 Avril 2024 a été pris en flagrant délit de tentative de corruption au sein du Conseil d’État, dépassant ainsi tout ce que l’on aurait pu imaginer. Après une audience décisive, les membres de ce camp se sont retrouvés dans l’impasse financière, manquant des fonds nécessaires pour soudoyer les membres du Conseil d’état.

Face à cette situation critique, ils se sont tournés vers un allié de poids, l’ancien Gouverneur Christophe Baseane Nangaa, mais ce dernier a refusé de prêter la somme colossale exigée. Sans alternative, ils ont décidé de s’endetter auprès de la principale entreprise minière de la province, Kibali Gold Mine compromettant ainsi leur intégrité et leur légitimité.

Cette affaire d’une gravité extrême a attiré l’attention de toutes les autorités de la république, mettant en lumière l’étendue des ravages causés par la corruption dans les rouages du pouvoir. Elle soulève des questions essentielles sur l’éthique et la transparence des processus politiques, et appelle à une réaction ferme et sans équivoque de la part des institutions chargées de veiller à l’intégrité de notre démocratie.

Cette affaire révèle une triste réalité : la corruption a atteint des sommets insoupçonnés, menaçant les bases mêmes de notre système démocratique. Il est temps de prendre des mesures radicales pour lutter contre ce fléau qui gangrène notre société et compromet notre avenir collectif.

TEDDY MFITU
Polymathe, chercheur et écrivain / Consultant senior cabinet CICPAR


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte