Connect with us

À la Une

Affaire  » Moïse Mbiye » : la plaignante Éliane Bafeno rejette tout arrangement à l’amiable 

Published

on

Un engouement a été observé ce mardi 4 février 2020 au Parquet près le Tribunal de grande instance de Kinshasa/Gombe, où a eu lieu la première confrontation directe entre le pasteur Moïse Mbiye, responsable de l’église Cité Béthel, et Eliane Bafeno, fidèle de la même église et principale actrice dans la vidéo-clip de la chanson « Ye oyo ». Cette dernière, convient-il de rappeler, accuse l’homme de Dieu de viol et d’avortement forcé.

 

Face au magistrat, les deux parties ont présenté leurs moyens de défense durant plusieurs heures.

 

A l’issue de cet entretien, alors que les avocats de Moïse Mbiye ont catégoriquement refusé de faire un quelconque commentaire, ceux de l’accusation, conduits par Me Jimmy Ngalasi, ont donné de la voix aux médias.

 

A les en croire, en effet, les faits mis à charge de Moïse Mbiye par sa cliente sont sérieux. C’est pourquoi, estime Me Ngalasi, il faut que le coupable soit sanctionné par la justice. « Nous faisons confiance à la justice qui doit évoluer librement en toute impartialité », a fait savoir l’avocat de la plaignante.

 

Tout en évoquant le refus d’un arrangement à l’amiable, l’avocat a indiqué qu’Eliane Bafeno a ses raisons personnelles pour rejeter cette hypothèse. « C’est un cas délicat. Les pères religieux nous ont contacté. Par respect à eux, s’il doit y avoir des rencontres allant dans le sens à réconcilier les deux parties, c’est leur travail. Mais ma cliente n’est pas pour un quelconque arrangement », a-t-il appuyé.

 

D’ores et déjà, la partie Bafeno a affirmé devant la presse être prête pour aller devant le tribunal si le dossier y est fixé.  » Nous évoluerons avec jusqu’à ce que les responsabilités soient rétablies », a martelé Me Jimmy Ngalasi. « Notre cliente n’a pas saisi la justice sur base des speculations ou avec légèreté. Au-delà de tout ce qui se dit, il y a des faits qui ont lésé Mlle Eliane Bafeno. Raison pour laquelle, elle s’est vue dans l’obligation de saisir en bonne et due forme la justice congolaise pour que les responsabilités soient rétablies », a-t-il conclu.

 

Notons tout de même que le pasteur accusé de viol est rentré au pays en début du week-end dernier, en provenance de l’Europe où il a réalisé quelques clips de son album  » Triomphe ». Ayant même prêché le dimanche 2 février 2020 dans son église Cité Bethel, il a exhorté ses fidèles de cesser de paniquer.  » Durant ton parcours, ta foi peut avoir des coups. Il peut arriver que tu te trompes et là tu peux demander à Dieu de te montrer un signe », avait-il déclaré.

 

 

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

À la Une

Transition écologique et du développement durable : Marie-Pascale Malanda et l’ACTEDD ouvrent le débat public national ce vendredi 30 septembre

Published

on

L’Agence congolaise de la transition écologique et du développement durable (ACTEDD) annonce la tenue, le 30 septembre 2022 à Kinshasa/Gombe, de sa première conférence de presse.

Cette rencontre avec les chevaliers de la plume et du micro sera consacrée à la transition énergétique et au positionnement de la République démocratique du Congo dans cet enjeu planétaire.

A en croire sa coordinatrice Marie-Pascale Malanda, pour ce premier rendez-vous avec la presse, l’objectif poursuivi par ACTEDD est la mise à niveau des médias sur les enjeux énergétiques et climatiques, lesquels ont une dynamique internationale forte pour un « Pays-Solution» comme le nôtre.  » Voilà pourquoi, ACTEDD veut lancer et conduire le débat public national sur des questions aussi fondamentales en commençant par la mobilisation des médias, compte tenu de leur rôle crucial dans la diffusion de l’information et du renforcement des connaissances », a-t-elle martelé.

Pour rappel, l’Agence Congolaise de la Transition Ecologique et du Developpement Durable ( A.C.T.E.D.D) est un service spécialisé de la Présidence de la République mise en place par l’ordonnance n° 20/013 du 28 février 2020.

Elle a pour mission de concevoir, de coordonner et d’implémenter les politiques publiques nationales relatives à la transition écologique en République Démocratique du Congo. Elle est chargée d’étudier, d’analyser et évaluer toutes les questions qui lui sont soumises par le Président de la République en rapport avec la transition écologique et le développement durable. L’Agence comprend le Comité de pilotage et la Coordination.

Ses membres sont nommés par odronnances n° 20/021 du 06 avril 2020.

Il s’agit de :

1. Madame Marie-Pascal MALANDA DIATUKA, Coordonnateur
2. Monsieur Jean de Dieu MINENGU MAYULU, Cordonnateur Adjoint

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising