Connect with us

À la Une

Affaire « Kamerhe » : ses avocats vont demander une liberté provisoire (Interview)

Published

on

Invité mercredi au parquet général de Matete, avant d’être acheminé au prison centrale de Makala, après près de 6 heures d’audition, le Directeur de Cabinet du président de la République, Vital Kamerhe, a été placé sous mandat d’arrêt provisoire, sur l’affaire de programme de 100 jours de Félix Tshisekedi.

Face à ce vent qui fait la Une, la nuit et le matin du 09 avril 2020, l’un des avocats de Vital Kamerhe a accordé une interview au magazine tri-hebdomadaire Africa News, relevant ainsi ce qui s’est passée au parquet général que son client soit mis sous mandat d’arrêt provisoire.

Me John Kaboto, relève que la détention de son client est purement politique, selon lui, Vital Kamerhe a répondu aux 51 questions lui ait posé avec brio et devrait normalement rentrer chez lui, puisque son adresse et son rang politique est connue de tous.

Selon, cet avocat du proche de président de la République, le retrait du magistrat instructeur pendant près de 30 minutes en dit beaucoup et il y a une main noire dans ce dossier. Estime-t-il. Mais, ils vont incessamment déposer une demande de la libération provisoire de leur client.

Voici par ailleurs, l’intégralité de l’interview accordée ce jeudi 09 avril 2020 :


Me John Kaboto, bonjour. Qu’est-ce qui s’est passé mercredi au Parquet général de Matete? Qu’est-ce qui est précisément reproché à Vital Kamerhe par le magistrat instructeur?

Il est reproché à notre client la gestion du dossier de 100 jours pour la visibilité des actions du Chef de l’Etat.

Rien que ça? Il n’y a jusque-là pas d’infraction retenue à sa charge?

Il n’y a pas encore d’infraction. Jusqu’à preuve du contraire, notre client jouit de la présomption d’innocence. Nous ne sommes pas encore au Tribunal face à une décision du Parquet montrant, d’une manière ou d’une autre, qu’il est incriminé. Nous sommes dans la phase d’instruction.

Mais qu’est-ce qui peut alors justifier sa détention provisoire à Makala?

Excusez-nous avant tout de vous faire part de notre déception mercredi. Le président Kamerhe a été invité. Il s’est présenté avant 13h30 et a été reçu au cabinet du magistrat instructeur. Il s’en est suivi la séance d’instruction. On a d’abord cherché à limiter le nombre de ses avocats, fixé à au moins trois, compte tenu des mesures sanitaires en vigueur; ce qui est normal. Nous avons négocié avec le procureur pour que le président Kamerhe soit entendu dans la grande salle au regard du nombre des avocats qui constituent son collectif, cela n’a pas été accordé. Le président Kamerhe a été finalement assisté par trois avocats. L’instruction a été sanctionnée de 51 questions posées à Kamerhe, qui y a répondu avec un grand succès distinctif.

Des questions sur quoi?

Sur les ouvrages de 100 jours, la mise en œuvre du Programme, les décaissements, le déroulement des travaux, etc. Mais, ce qui nous a étonnés, ils sont allés ultra petita, en posant même des questions qui n’avaient rien à voir avec les 100 jours.

Quelles questions, par exemple?

Il y a eu, par exemple, des questions relatives à la vie privée et familiale du Directeur de cabinet du Chef de l’Etat.

Comme sur l’achat des parcelles…

En tant qu’avocat, je dois respecter la déontologie, en me gardant de dévoiler les secrets d’instruction. Mais c’était une déception. Nous avons relevé quelque chose d’illogique. Après avoir posé 51 questions auxquelles le président Kamerhe a répondu avec brio, nous avons été étonnés, nous avocats, du retrait du magistrat instructeur pendant près d’une trentaine de minutes de son cabinet, nous abandonnant avec notre client.

Il s’est retiré pendant 30 minutes?

Il s’est retiré pendant 30 minutes. Et à sa réapparition vers 19h, après 5 heures d’instruction, il a dit que Monsieur Kamerhe, il est évident que vous avez déposé mais je suis obligé de vous garder juste pour une confrontation. Ce déplacement a créé des doutes.

Confrontation avec qui?

Avec tous les acteurs impliqués dans ce dossier et interpellés bien avant lui. Nous étions étonnés.

*Et qu’est-ce qui vous pousse à dire que c’est un complot politique?*

Il y a une main noire. C’est une procédure et un dossier purement politiques. Parce que Monsieur Vital Kamerhe est un Directeur de cabinet en fonction. Il a une résidence connue. Sa fuite n’est pas à craindre. Seule l’absence de ces trois éléments pouvait motiver la décision de l’avocat général instructeur du dossier. Mais Kamerhe a été amené au Parquet général près la Cour d’appel de Matete par une invitation. C’est-à-dire que c’est quelqu’un qui a voulu coopérer et collaborer avec la Justice. Le détenir de cette façon-là, nous avons dénoté une main noire, surtout après le retrait pendant une trentaine de minutes de l’instructeur, qui est allé communiquer alors que l’instruction s’est tenue dans son cabinet. Nous avons supposé que la décision de le placer sous mandat d’arrêt provisoire émanerait de l’extérieur. Il y a quelque chose qui cloche. C’est ainsi que nous considérons qu’il s’agit d’un dossier politique et non un dossier purement judiciaire.

*Que va faire la défense de Monsieur Kamerhe?*

Nous nous organisons pour intervenir en chambre du Conseil lorsqu’il sera présenté pour la régularisation de sa détention. Nous allons introduire une lettre de demande pour sa mise en liberté provisoire parce qu’il va continuer à coopérer avec la Justice. Monsieur Kamerhe n’est pas un petit monsieur. Il doit se présenter à tout moment que le magistrat aura besoin de lui.

*Entre-temps, il va démissionner ou pas?*

La question de la démission n’est pas encore à l’ordre du jour. Monsieur Kamerhe a été amené au Parquet général près la Cour d’appel de Matete par une invitation afin de renseigner la Justice. Pour votre gouverne, le dossier 100 jours était déjà clôturé et envoyé au Parquet général près la Cour de cassation. C’est après une quinzaine de jours que le Procureur général près la Cour de cassation a pu retourner le dossier avec des annotations. Au demeurant, quand le magistrat instructeur était en train d’inviter les différents acteurs du dossier 100 jours, le président Kamerhe n’a pas été invité. Il n’avait pas trouvé l’opportunité de l’appeler parce que les dépositions des autres étaient claires. Nous avons trouvé qu’il y a une main noire qui a influencé la détention de Monsieur Kamerhe, parce c’est un responsable et sa fuite n’est pas à craindre. Nous déplorons le comportement de notre Justice. Qu’à cela ne tienne, il faut un minimum de respect des droits humains. C’est un père de famille. C’est quelqu’un qui travaille beaucoup pour le pays.

Vous demandez qu’il soit mis en résidence surveillée?

Pas en résidence surveillée. En liberté provisoire parce qu’il n’a pas été incriminé, ni de près ni de loin dans ce dossier. Il a été invité juste pour renseigner la Justice. Mais de ce renseignement, on l’a humilié. Ce sont des calculs politiciens que nous déplorons. Le dossier doit être judiciaire. Voilà notre demande.

Jolga Luvundisakio/CONGOPROFOND.NET et AfricaNews


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

À la Une

Or: Remplacements des réserves et nouvelles opportunités pour sécuriser le programme de KIBALI étalé sur plus de 10 ans

Published

on

La plus grande mine d’or d’Afrique, Kibali, est sur la bonne voie pour le remplacement de ses réserves réduites par l’exploitation en 2022, tandis que de nouvelles opportunités de croissance soutiendront également son plan d’affaires étalé sur plus de 10 ans et son statut de l’un des actifs de niveau 11 de Barrick Gold Corporation.

Le président et président directeur général de Barrick, Mark Bristow, a déclaré à la presse aujourd’hui que le gisement prolifique KCD de Kibali continuait d’offrir de la valeur supplémentaire vu que le forage actuel est axé sur la conversion des ressources en réserves et sur l’exploration des filons qui sont encore ouverts en profondeur. En outre, les cibles de Mengu Hill, Ikanva et Gorumbwa présentent le potentiel nécessaire pour renforcer le portefeuille souterrain de Kibali.

« Kibali est une opération très rentable avec ses trois centrales hydroélectriques de classe mondiale qui couvrent la majeure partie de ses besoins énergétiques. Elles seront suppléées par une nouvelle centrale solaire de 17MW qui, une fois achevée en 2025, fera passer la part des énergies renouvelables dans les sources énergétiques de la mine de 81% à 93%, » a déclaré Bristow.

Les références écologiques de Kibali comprennent également la réduction continue des eaux douces provenant de la rivière Kibali et un programme de reboisement qui, à ce jour, a permis de planter plus de 10,000 arbres. La mine poursuit son programme d’appui à la conservation de la biodiversité au Parc National de la Garamba en RDC, avec la réintroduction des rhinocéros provenant d’Afrique du Sud. Les 16 premiers rhinocéros sont attendus à Garamba d’ici la fin du deuxième trimestre de cette année et seront suivis de 60 autres au cours des trois prochaines années.

Conformément à la politique globale de Barrick consistant à employer et à promouvoir les ressortissants du pays hôte, Arthur Kabila a été nommé premier directeur général congolais de Kibali. Depuis l’année dernière, huit autres postes clés de direction et techniques sont désormais occupés par des Congolais.

 

Tshieke Bukasa/Congoprofond


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising