Connect with us

Société

Démantèlement du ministère de l’Emploi et du Travail : Un coup dur pour la prévoyance sociale en RDC

Published

on

L’annonce récente du Gouvernement Judith SUMINWA Tuluka concernant le démembrement du Ministère de l’Emploi, Travail et Prévoyance Sociale et l’élargissement de celui de la Santé publique en République Démocratique du Congo a suscité de vives inquiétudes quant à l’avenir de la protection sociale dans le pays.

Le changement de dénomination et le transfert des questions de prévoyance sociale au Ministère de la Santé Publique remettent en question la cohérence et l’efficacité du système de sécurité sociale en RDC. La prévoyance sociale, intrinsèquement liée aux questions d’emploi, est un pilier essentiel du système de protection sociale dans le monde.

En se conformant à la Convention 102 de l’Organisation Internationale du Travail et en adoptant une législation nationale claire en matière de sécurité sociale, la RDC s’est engagée à garantir une couverture sociale adéquate à ses citoyens. Cependant, le démembrement du Ministère de l’Emploi et du Travail risque de compromettre ces engagements et de créer un désordre institutionnel.

La Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS), chargée de la gestion des cotisations sociales et des prestations associées, se retrouve désormais sous la tutelle du Ministère de la Santé Publique, un ministère dont la vocation première n’est pas en adéquation avec la gestion de la sécurité sociale des travailleurs.

Cette situation pourrait entraîner un dysfonctionnement des mécanismes de protection sociale et mettre en péril les avancées réalisées en matière de sécurité sociale en RDC. En outre, la RDC n’a intégré que trois branches sur les neuf prévues par la Convention 102 de l’OIT, ce qui témoigne de l’importance de renforcer et non de fragiliser le système de protection sociale dans le pays.

Le démembrement du Ministère de l’Emploi et du Travail risque de compromettre la gouvernance de la prévoyance sociale et de fragiliser la position de la RDC sur la scène internationale en matière de sécurité sociale. Il est impératif que les autorités reconsidèrent cette décision et rétablissent un cadre institutionnel adéquat pour garantir une protection sociale effective et pérenne en RDC.

En préservant l’intégrité du Ministère de l’Emploi, Travail et Prévoyance Sociale et en favorisant la collaboration entre les ministères concernés, le gouvernement pourrait rectifier le tir et assurer une protection sociale adéquate pour les travailleurs congolais. La fourberie est ennemie des excès. Elle est l’apanage exclusif de l’homme et dans le mensonge, elle finit souvent par suggérer la saveur réelle des choses.

TEDDY MFITU
Polymathe, chercheur et écrivain / Consultant senior cabinet CICPAR


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Kaniama Kasese : 200 volontaires de Kasumbalesa en route pour le Centre de formation “Félix Tshisekedi”

Published

on

Après ceux de Kinshasa, Mbuji-Mayi et Lubumbashi, c’est au tour de quelques jeunes de Kasumbalesa de se voir doter de la tenue bleue et jaune, symbole du Service National, fièrement portée par les “Bâtisseurs” de la République. Parmi ces jeunes, 60 % sont des volontaires désireux de servir la nation à travers cette structure étatique. Ils seront soumis à une formation paramilitaire, laquelle sera suivie d’un apprentissage des métiers au sein du Centre de formation “Félix Tshisekedi” à Kaniama Kasese.

C’est dans une ambiance des chants, des cantiques de remerciements aux autorités que chacun de ces jeunes volontaires a reçu des tenues bleues et jaunes, symbole du service national, et ont embarqué pour Kaniama Kasese en vue d’un séjour qui vise une transformation civique.

Ces volontaires viennent donc tordre le coup aux rumeurs qui laissaient croire que leurs prédécesseurs, récemment transférés à Kaniama Kasese, ont été victimes de l’arbitraire et seraient sous le coup de la torture.

Éduqués aux métiers, ces jeunes seront envoyés à travers le pays afin de contribuer au développement de la nation en cultivant, en construisant des écoles et des hôpitaux après leur temps de rééducation et de formation à Kaniama Kasese.

De son côté, le général major Jean-Pierre Kasongo Kabwik, commandant du Service National, rassure que tout est fait selon les instructions du Président de la République, c’est-à-dire celles relatives au respect des droits de l’homme.

Ces nouveaux pensionnaires du centre de formation et d’encadrement Félix Antoine Tshisekedi rejoignent une autre vague de Lubumbashi pour Kaniama Kasese. À leur arrivée, ces nouveaux locataires du Centre d’Instruction et de Formation Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo seront soumis à des formations élémentaires sur le civisme, la maçonnerie, l’électricité, la mécanique automobile. Ces formations seront sanctionnées par des brevets.

Il sied de rappeler que ces nouveaux pensionnaires venus du Haut-Katanga et de Kasumbalesa rejoignent les groupes qui sont déjà arrivés de Kinshasa et du Kasaï oriental. L’objectif de cette fusion est de consolider l’unité et la cohésion nationale, mission capitale du Service National, qui est directement liée à la présidence de la République.

Monica Bubanji/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte