Dev Solaire

Connect with us

À la Une

70 millions de Congolais n’utilisent pas des toilettes améliorées !

Published

on

Le 19 novembre de chaque année, le monde entier célèbre la journée internationale des toilettes.

Plus de 70 millions de personnes en RDC n’utilisent pas de toilettes améliorées.
Près de 9 millions de personnes (soit 10% de la population) n’ont pas encore éradiqué l’habitude de la défécation à l’air libre, selon une Enquête Démographique et de Santé (EDS) menée en RDC.

En prévision de cette journée, Capsud est allé interrogé les habitants de Kinshasa pour un état de lieu sur la question.

” Le manque des moyens nous empêche de construire de bonnes latrines”

Dans la commune de Kalamu au quartier Kimbangu, situé le long de la rivière Kalamu, le constat est amer.
La plupart des habitants n’ont pas des latrines appropriées. Il y a des toilettes constituées d’un simple trou à la turc et couvert par les banderoles usagées.
L’utilisateur est pratiquement exposé à tout vent et ses moindres gestes sont vus par tous, y compris les passants.
Dés qu’il jette l’eau après avoir fini de déféquer, les excréments vont directement au caniveau qui se jette à la rivière. Une odeur nauséabonde se répand aussitôt dans le parage. ” Ici, c’est une toilette à un coup,” déclare Mavambu Albert.

” Nous n’avons pas des fosses septiques. Dés que tu jettes l’eau, les excréments vont au caniveau et à la rivière”, révèle-t-il.

D’autres préfèrent déféquer dans un pot et vont eux même jeter leurs excréments dans la rivière.

” Nous avons peur des infections. C’est pourquoi nous faisons nos besoins directement dans le pot. Ici, il y a une toilette pour près de 40 personnes dans la parcelle. Il y a des enfants, des adultes et des vieillards. Comment faire le besoin ensemble?”, s’interroge une dame qu’on a surpris avec sa vase entre les mains.

Certains possèdent des fosses septiques, mais n’ont pas les moyens financiers pour les vider.

Il convient de rappeler que le vidange coûte entre 80 et 100$. Ce qui n’est pas à la portée de toutes les bourses.

Ainsi, ceux-là attendent les pluies tropicales qui tombent sur Kinshasa ou la nuit pour ouvrir les vannes. Les caniveaux se transforment alors en égout en ciel ouvert.
“Lorsqu’il y a la pluie, ils ouvrent leurs fosses septiques et le quartier se transforme en égout en ciel ouvert. Ça sent mauvais.Vous ne pouvez même pas sortir,” affirme un habitant du quartier.

Nous avons approché sans succès le service d’hygiène du quartier.
Le responsable est en congé, nous a-t-on appris.

Plusieurs conséquences guettent les habitants

La pénurie des toilettes pose d’autant plus de problèmes que le pays connait une recrudescence du choléra, une maladie liée au manque d’eau, d’hygiène et d’assainissement. 44.071 cas suspects en 2017.

2.000 enfants de moins de 5 ans meurent chaque jour du fait de maladies diarrhéiques.Ces maladies sont directement liées au manque d’accès aux toilettes.

1 femme sur 3 dans le monde s’expose aux maladies, à la honte à cause du manque d’installations sanitaires et des maladies qui en découlent.

Ce sont ces conséquences qui ont motivé l’OMS à célébrer cette journée mondiale des toilettes pour exploiter les solutions qui existent à partir d’une prise de conscience et de la fin du tabou autour des questions liées aux toilettes.

Selon l’ONU, les excréments de chacun doivent notamment être enfermés et déposés dans une toilette et stockés dans une fosse ou une cuve hermétique.
Ils doivent aussi être transportés en vue de leur traitement.

Les toilettes sont des lieux d’aisance qui doivent être propres et bien utilisés. D’où faut-il profiter de cette journée pour pour sensibiliser les populations à la réalité de la défécation à l’air libre et à ses conséquences.

TMB/ CONGOPROFOND. NET

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

code

%d blogueurs aiment cette page :