Connect with us

À la Une

Corruption : plusieurs biens de Mugabe mis aux enchères pour payer les dettes. Et si la RDC suivait le pas !

Published

on

 

Des tracteurs, camions et autres biens de Robert Mugabe, ancien chef de l’Etat du Zimbabwe, ont été mis aux enchères pour payer la dette publique de son pays.
« Les commissaires-priseurs ont annoncé jeudi que des véhicules et du matériel agricole appartenant à une ferme laitière de l’ancien président du Zimbabwe, Robert Mugabe, seraient vendus afin de rembourser leurs dettes.


Plus de 40 véhicules devraient être vendus aux enchères », peut-on lire dans le journal Newsday, paraissant à Harare.

Dans le lot, on cite précisément quatre camionnettes Toyota Hilux, trois camions à chevaux Scania et une limousine Mercedes-Benz Classe C.

En outre, les tracteurs Massey Ferguson, 13 motos et équipements agricoles, dont quatre moissonneuses-batteuses, figurent également sur la liste.

Un responsable des ventes de la ferme a déclaré qu’il fonctionnait à 58% de sa capacité, affirme Newsday.La vente aux enchères devrait avoir lieu samedi.

Mugabe et son épouse, Grace, ont été accusés d’avoir expulsé les petits exploitants pour s’installer dans le domaine laitier de Gushungo à Mazowe, près de la capitale Harare. Le président possédait plusieurs fermes malgré les lois limitant les individus à posséder une ferme.

Et si la RDC emboîtait le pas?

Le budget 2019 de la RDC prévoit de rembourser 352.996.408.000 Fc équivalent à 202 millions de $ pour sa dette publique en capital.

« Au premier trimestre 2019,  il a été payé 35 510 184 753 FC (20, 32 millions USD) pour ce service de la dette publique, » renseigne la Direction de la préparation et de suivi du budget de l’ODEP.

Or il revient que depuis 2002 jusqu’à aujourd’hui, plusieurs milliards de $ ont été détournés.

La plupart de ces présumés detourneurs possèdent des biens et immeuble des grandes valeurs.

Plusieurs rapports et audits dont la commission des biens mal acquis, Panama Papers, Bloomberg, …en font mention. Ils citent plusieurs personnes concernées par la corruption et les détournements des deniers publics.

Si les biens détournés sont répertoriés et mis aux enchères, cela pourrait aider l’État a résoudre le problème de sa dette publique.

La corruption est un maux qui gangrène notre pays.

Luzolo Bambi, conseiller du chef de l’État en matière de lutte contre la corruption, estime que la RDC perd chaque année 15 milliards de $.
La LICOCO quant à elle estime que ce montant est de 75 milliards de $ par an.

TMB/ CONGOPROFOND. NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

À la Une

Le Salon des Médias et du Business ouvert ce jeudi à Kinshasa 

Published

on

C’est sur le thème: « Les médias, un atout pour la croissance des entreprises en RDC » que le Salon des Médias et du Business s’est ouvert ce jeudi 26 au 27 janvier 2023 à l’hôtel Fleuve Congo.

Événement incontournable de la scène des médias, le Salon des Médias et du Business est l’unique salon en RDC qui rassemble toute la presse et les opérateurs économiques pour discuter des possibilités d’une relation gagnant-gagnant.

Ce salon est organisé par l’Association des médias en ligne (MILRDC) en collaboration avec la Fédération des Entreprises du Congo (FEC), avec l’appui technique d’Internews sur financement de l’Union Européenne dans le cadre du projet Medias Indépendants et Innovants (Medias 2I).

Prennent part à cette rencontre, environ une centaine de journalistes, communicateurs et chefs d’entreprises.

L’objectif visé par les organisateurs est double : « d’abord évaluer les avancées de l’écosystème médiatique et son impact éventuel sur la croissance des entreprises du pays et ensuite initier un espace d’échange sur diverses thématiques en vue d’améliorer la relation entre le secteur privé et les médias », a déclaré Noémie Kilembe, directrice adjointe d’Internews.

Durant les deux jours du Salon, les participants prendront part aux echanges à travers quatre panels. Les deux premiers prévus ce jeudi ont tablé sur « la réglementation de la publicité en RDC et son impact sur les revenus des médias »; et aussi « les médias face aux régies publicitaires et GAFAS ».

Pour ce vendredi, le premier panel traitera de la diversification des services et des offres des médias, alors que le deuxième planchera sur la gouvernance et la gestion des médias en tant qu’entreprise.

Ce Salon, convient-il de rappeler, rentre dans le cadre du projet M2I débuté en janvier 2020 et qui s’achève à la fin du mois de janvier 2023.

Déborah Kabuya/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising