Connect with us

Société

20 ans du Protocole de Maputo : Un engagement essentiel pour les droits des femmes réfugiées

Published

on

Maputo, le 12 juillet 2023 – Cette année marque le 20e anniversaire du Protocole de Maputo, un accord historique qui a joué un rôle crucial dans la promotion et la protection des droits des femmes en Afrique. Adopté le 11 juillet 2003 par l’Union africaine, le Protocole de Maputo est un instrument juridiquement contraignant qui a renforcé les droits des femmes dans tous les domaines de la vie, y compris les femmes réfugiées qui sont souvent parmi les plus vulnérables.

Le Protocole de Maputo a été conçu pour combler les lacunes existantes dans les traités internationaux et régionaux en matière de droits des femmes en Afrique. Il a établi un cadre juridique complet pour garantir l’égalité entre les sexes, la non-discrimination, la participation politique, l’accès à la justice, la santé sexuelle et reproductive, ainsi que la protection contre la violence à l’égard des femmes. Ce protocole visionnaire a également reconnu les droits spécifiques des femmes réfugiées, qui font face à des défis uniques et à des violations systématiques de leurs droits fondamentaux.

Les femmes réfugiées sont souvent contraintes de fuir leur pays d’origine en raison de conflits armés, de persécutions, de violences sexuelles ou de catastrophes naturelles. Elles se retrouvent dans des situations de vulnérabilité accrue, exposées à la violence, à l’exploitation et à la discrimination. Le Protocole de Maputo reconnaît ces réalités et s’engage à protéger les droits fondamentaux des femmes réfugiées, notamment leur droit à la vie, à la dignité, à la liberté et à la sécurité.

En vertu du Protocole de Maputo, les États parties se sont engagés à prendre des mesures concrètes pour garantir la protection des femmes réfugiées. Cela comprend la mise en place de politiques et de mécanismes juridiques appropriés pour prévenir la violence à leur égard, ainsi que pour enquêter, poursuivre et punir les auteurs de ces violences. Les États parties sont également tenus de fournir un accès égal aux services de santé, y compris les soins de santé sexuelle et reproductive, ainsi qu’à l’éducation et à des moyens de subsistance durables.

Malgré ces engagements, les femmes réfugiées continuent de faire face à de nombreux défis. Les violences sexuelles et basées sur le genre restent une réalité alarmante dans les situations de conflit et de déplacement, et l’accès aux services essentiels reste souvent limité. Il est donc impératif que les États parties intensifient leurs efforts pour mettre en œuvre pleinement les dispositions du Protocole de Maputo et pour soutenir les femmes réfugiées dans leur quête de sécurité, de justice et d’autonomisation.

Dans cette optique, l’Union Africaine a appelé les 11 États qui n’ont pas encore ratifié le Protocole de Maputo à le faire, soulignant l’importance de son adoption universelle. De plus, l’Union Africaine a exhorté les 44 États signataires à accélérer l’implémentation du protocole afin de renforcer la protection des droits des femmes réfugiées en Afrique.

Alors que nous célébrons le 20e anniversaire du Protocole de Maputo, il est important de reconnaître les progrès réalisés, mais aussi de souligner l’urgence d’agir davantage. Les femmes réfugiées méritent d’être protégées et soutenues, et elles doivent être incluses dans tous les processus de prise de décision qui les concernent. En collaborant avec les organisations de la société civile, les acteurs humanitaires et les partenaires internationaux, nous pouvons travailler ensemble pour bâtir un avenir où les droits des femmes réfugiées sont pleinement respectés et où leur potentiel est pleinement réalisé.

Le Protocole de Maputo a jeté les bases d’une transformation positive en faveur des femmes réfugiées, mais il reste encore beaucoup à faire. En cet anniversaire important, réaffirmons notre engagement à lutter pour les droits des femmes réfugiées et à créer un monde plus équitable et plus inclusif pour tous. En unissant nos forces, nous pouvons créer un monde où les droits fondamentaux de toutes les femmes, y compris les femmes réfugiées, sont pleinement respectés et protégés. Les États parties doivent intensifier leurs efforts pour mettre en œuvre pleinement les dispositions du Protocole de Maputo, garantissant ainsi la protection et l’autonomisation des femmes réfugiées en Afrique.

Par Claudine N. I, @infoclaudia85


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

Société

Dépasser les diplômes : Les compétences essentielles pour un impact réel dans la société

Published

on

Dans un monde où les titres académiques abondent, il est impératif de remettre en question le véritable sens des qualifications dans les domaines scientifiques, pédagogiques, de la santé, de la gestion et de la défense de l’intérêt général. Au-delà des diplômes, la clé réside dans des compétences plus profondes, souvent négligées mais cruciales pour servir efficacement le bien-être collectif.

En République Démocratique du Congo, l’émergence des surdiplômés soulève des questions troublantes. Ces individus, paradoxalement, peuvent devenir des criminels relationnels, s’accrochant à leurs titres pour asseoir une caste d’auto-sécurisation mutuelle. Mais la vraie valeur réside-t-elle dans une accumulation de diplômes ou dans la capacité à agir pour le bien commun ?

Les qualités indispensables pour véritablement impacter la société vont au-delà des parchemins. L’empathie, la collaboration, l’adaptabilité, l’intégrité et une vision holistique sont essentielles pour transformer des connaissances académiques en actions concrètes et positives. Il est temps de dépasser la simple accumulation de diplômes pour privilégier des compétences authentiques au service de tous.

En fin de compte, la véritable richesse réside dans la manière dont ces connaissances sont mises en œuvre pour le bien-être collectif, et non dans les titres qui ornent les murs. Il est temps de repenser notre approche de l’éducation et de la profession pour créer un impact durable et significatif dans nos communautés.

TEDDY MFITU
Polymathe, chercheur et écrivain / Consultant senior cabinet CICPAR


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte