Now Reading:
Changement climatique : Denis Sassou NGuesso fustige l’inertie des pays industrialisés
Full Article 3 minutes read

Changement climatique : Denis Sassou NGuesso fustige l’inertie des pays industrialisés

Le Chef de l’État congolais a joint sa parole aux côtés des autres dirigeants présents à la table-ronde de Paris organisée dans la capitale française en marge du centenaire de l’Armistice célébrée le dimanche 11 novembre. Denis Sassou NGuesso s’est exprimé sur des questions de paix et de justice, qui sont indispensables dans le développement des nations, car “sans elles, rien n’est possible”.

Outre les aspects sécuritaires, le Chef de l’État du Congo/Brazzaville a insisté sur les questions de financement pour la lutte contre le changement climatique, avant de plaider pour l’engagement des États à soutenir le Fonds bleu pour le Bassin du Congo qu’il a initié lors de la COP22 à Marrakech, au Maroc.

Devant cette parterre des responsables du monde et ONG, Denis Sassou NGuesso a fait un constat mitigé en matière de financement par les pays occidentaux : « Dans la lutte contre les changements climatiques, nous constatons que depuis Copenhague jusqu’aujourd’hui, en passant par Cancun, Durban, Rio+20, on a toujours parlé de 100 milliards de dollars par an pour soutenir les pays en développement, mais rien ne se passe.
Nous disons que c’est un obstacle majeur et grave».

Denis Sassou NGuesso a fustigé l’attitude des pays industrialisés qui demandent aux pays qui contribuent à la lutte contre les changements climatiques des efforts, mais en retour rien n’est fait. « L’on demande à ces pays de faire à eux seuls l’effort de protection de ces 220 millions d’hectares de forêts sans contrepartie », a-t-il appuyé paraphrasant un dirigeant du monde pour démontrer l’attitude attentiste des pays industrialisés. « On veut seulement qu’un habitant de l’Amazonie meurt de faim et de maladie au pied dun arbre pour que l’arbre soit là pour l’humanité ».

« Nous disons qu’il y a le Bassin du Congo. Il y a le projet du Fonds bleu. Nous demandons à la communauté internationale de regarder ce projet parce qu’il contribuera à la protection de 220 millions d’hectares de forêt et contribuera au développement durable dans cette partie de lAfrique », a-t-il rappelé.

En conclusion, le président Denis Sassou NGuesso a aussi interpelé les gens du monde réunis sur les questions du flux migratoire qui touche particulièrement le continent africain. « Nous devons tous agir pour maitriser ce phénomène», a-t-il lancé.

Wilfrid LAWILLA/CONGOPROFOND.NET

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

code

Input your search keywords and press Enter.
%d blogueurs aiment cette page :